Actualités

Entretien avec Jean-Pierre Le Scornet, maire de Mayenne

Jean-Pierre Le Scornet, en soutien au commerçant(e)s, restauratrices et restaurateurs de la ville, durement touchés par la crise résultant de la Covid-19.

Dans le contexte sanitaire actuel, l’équipe municipale adapte ses priorités. S’il ne s’agit pas de tout bouleverser à proprement parler, il faut toutefois rebattre les cartes. Un exercice particulier et inédit, où réactivité et créativité doivent être au rendez-vous pour faire face, notamment, à la crise économique qui en découle.

« La population doit être impliquée dans les grandes décisions. »

L’attractivité du centre-ville est un enjeu majeur pour les mayennais(es). Les commerces de proximité sont le maillon fort d’un cœur de ville dynamique. Quel soutien peut apporter la Ville de Mayenne, notamment en cette période d’épidémie de Covid-19 ?

« La Ville de Mayenne est plus que jamais aux côtés des commerçant(e)s et de la population. Nous avions déjà en tête d’agir pour le centre-ville, notamment avec des projets participatifs. La population doit être impliquée dans les grandes décisions. Pour autant, tout aujourd’hui est bouleversé. Il faut penser au long terme bien sûr, mais aujourd’hui plus que jamais nous devons être réactifs et agir sur le très court terme. En plus des aides de l’Etat, de la Région et du Département, nous souhaitons, avec Mayenne Communauté, agir pour les commerces et les accompagner financièrement. Le soutien passe également par la campagne de promotion du commerce local, sur nos réseaux sociaux et dans les rues, initiée par Mayenne Communauté. Nous ne perdons pour autant pas de vue les enjeux de tranquillité publique et de sécurité, avec le recrutement d’un quatrième ASVP et le renouvellement de l’éclairage public dans les lotissements, d’accessibilité pour toutes et tous, et la nécessité d’une « zone de rencontre » permettant de circuler en toute sécurité à pied, à vélo comme en voiture, dans nos rues commerçantes notamment. »

 

Les questions de santé et de solidarité sont également au cœur des préoccupations. Quelle réponse apporter à la population, à la fois inquiète pour son pouvoir d’achat et par les difficultés à voir un médecin rapidement ?

« Le Nord-Mayenne, et plus largement la Mayenne, souffre des déserts médicaux. Si nos députés, sénateurs, se démènent pour faire venir les jeunes médecins chez nous, la Ville de Mayenne et Mayenne Communauté cherchent aussi des solutions pour le long terme. Un état des lieux de l’offre en matière de soins va être fait très prochainement avec les soignants du territoire, nous tâcherons ensuite de proposer des solutions adaptées. Il faut agir vite et bien.

En matière de solidarité, nous pouvons déjà souligner ce formidable élan spontané qui émerge au sein de la population. L’association La Roue Libre par exemple s’est proposée pour récupérer les commandes des personnes en difficulté. Les bénévoles effectuent ensuite la livraison à vélo. D’un point de vue municipal, la Ville œuvre pour le pouvoir d’achat des familles modestes avec une baisse du tarif de la restauration scolaire. L’économie pourra se compter en plusieurs centaines d’euros pour certains foyers. »

 

La circulation à vélo dans Mayenne, dans sa configuration actuelle, est dangereuse. Quelles solutions pour une circulation partagée, apaisée et en toute sécurité, et plus largement pour la protection de l’environnement, la Ville de Mayenne propose-t-elle ?

« Nous avons présenté à la rentrée de septembre les premières bases de notre « plan vélo ». Une aide pour le financement d’un vélo électrique par exemple est disponible depuis le 1er décembre et cumulable avec l’aide de l’Etat. Parallèlement à l’étude des pistes cyclables à revoir et celles qu’il faut créer, nous avons lancé une concertation avec la population sur le site internet de la ville, afin d’évaluer les besoins en termes de lieux de stationnement pour les vélos.

La question du vélo amène celle de l’écologie bien sûr. La Ville a cette volonté de verdir les rues et mettre en place des vergers citoyens, partagés. En plus de l’aspect esthétique, la végétation permet de rafraîchir l’espace public en période de chaleur. Il faudra verdir les cours d’écoles également.
Pour ce qui est de l’hiver, un réseau de chaleur à bois est à l’étude pour nos bâtiments publics. Il aurait comme point de départ le dispositif déjà existant du Centre Hospitalier du Nord-Mayenne ; ce dernier pourrait alimenter des écoles et salles de sports par exemple. »

 

En plus de ce réseau de chaleur, de grands chantiers sont prévus et attendus : l’ancien hall d’exposition parti en fumée l’an dernier, la résidence autonomie. Sont-ils maintenus en cette période d’épidémie ?

« Si cette période nous contraint à nous adapter au jour-le-jour, l’enthousiasme reste intact et les grands chantiers sont maintenus. La résidence autonomie d’abord. Après une démarche participative, impliquant aussi bien le personnel soignant que les résident(e)s et leurs familles, ainsi qu’une étude sur la faisabilité des travaux, nous en savons plus aujourd’hui : la résidence peut être rénovée sans reconstruction obligatoire, ce qui est une excellente nouvelle. Les élu(e)s vont donc devoir prochainement se prononcer, après étude du coût en cas de rénovation ou de reconstruction, sur le projet à lancer. Dans tous les cas, la résidence autonomie devrait pouvoir faire peau neuve rapidement.

Pour ce qui est du hall d’exposition, le projet va s’avérer plus long que prévu. En raison de la procédure en cours suite à l’incendie du bâtiment, la déconstruction ne peut, pour le moment, pas être lancée. En attendant, plusieurs idées émergent pour la construction qui devra le remplacer. Soit nous partons sur un bâtiment dit « couteau-suisse », multi-usages, soit nous optons pour un équipement spécifique, par exemple une salle dédiée à la pratique du tennis, le Tennis Club évoluant dans deux lieux différents actuellement. Cela peut-être une salle de spectacle adaptée également ; la salle polyvalente pouvant ainsi remplacer le hall d’exposition disparu pour les rassemblements associatifs. Toutes les pistes sont étudiées, rien n’est pour le moment tranché. »

 

Puisque vous parlez de salle de spectacle, quels sont les projets à venir pour le secteur culturel et associatif à Mayenne ?

« Avec la fermeture des cinémas et des salles de spectacles à deux reprises cette année, le secteur associatif et culturel a plus que jamais besoin de nous. Nous sommes depuis quelques temps déjà en réflexion, avec Mayenne Communauté et plusieurs associations mayennaises, sur le projet de « Boîte noire », une salle de concert dédiée aux musiques actuelles. Cela n’existe pas sur notre territoire actuellement. Une réflexion est également engagée avec l’association Tribu Familia pour la mise en place d’une « saison », avec une série de concerts tout au long de l’année. »

AUTRES ACTUALITÉS DU MOMENT

AUTRES ACTUALITÉS À CONSULTER

dans {{ p.custom_fields.thematique_actualite[0] }}